Greetings from a place – where the grass is all dry

I have now plunged into a reality that feels much rawer than the blissful Swedish days. How to narrate it – without concessions or compromise? How to tell the unpleasant without giving in to cynicism?

Caminando con Paolo sull’isola di Gotland

Florilège, ébauches de réponses et pistes de réflexion 

Un voile d’encre s’est levé – il meurt au crépuscule.
La terre est meuble, nos talons s’y enfoncent
Dans la cour des miracles
Poussent des fleurs de paradoxe.

«Je ne sais pas tout.
On n’est tout de même pas payé
Pour être Dieu»
Robert Kolb

La route s’étire tel un ruban, puis plonge dans la mer
Avant le fracas
En dodécasyllabe.
Il pleut à présent.
La pluie, qui s’abat sur notre monde
figé et apaise les souffrances.

«Power and violence are opposites.
Where one rules absolutely, the other is absent.»

Hannah Arendt, On Violence

 «La guerre n’est pas un fait divers»
Stephen Dock

«Cela fait bientôt 25 ans que j’attends les soucoupes volantes pour me barrer»
L’homme SDF au bob et à la barbe blanche

Ses yeux comme deux virgules,
Brillent d’un éclat nouveau
Plus libre, plus brut
Sauvage.

«La France municipale n’est plus celle d’Emmanuel Macron»
Richard Werly

«Peacebuilding requires willingness to acknowledge that there are different truths in every conflict»

Faire corps avec l’environnement urbain – et l’éternel du transitoire

«Marcher pour déposer sur les choses le cristal du regard
Marcher pour mourir debout
Marcher pour flirter avec la chute
Marcher pour être d’ores et déjà arrivé.e
À ses fins
Marcher pour diluer la tristesse et s’y noyer
Marcher pour demeurer à la verticale de soi-même»
Guillaume Barborini

«Il y a quelque chose de l’ordre du fantomatique dans l’oxymore»
Rémi Jacquier

«Il cultive un devoir de nuance, dans une époque qui l’ignore.»

Grenoble est une ville française de taille moyenne.
Infraespaces et liminalité – une architecture du malaise? 


Chaises en plastique – portrait d’une jeunesse qui s’emmerde.

And when reality bites bitter
I’d rather be scratched than ignorant (?)

How does one maintain solid levels of happiness in a world that seems to run towards its extinction?

Neither cynical, nor hysterical.
Lucid, simply.

As Fatoumata Diawara sings in Dibi Bo:
«Whoever thinks that jealousy is in fashion
Needs help to open their eyes and see the light.»

Then it’s about deciphering the feeling
And cutting it into fine pieces
Til it becomes irrelevant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :